PREAC Danse Contemporaine

Contacts & informations

Catherine Corneli
Responsable de l’action culturelle à VIADANSE, CCNBFC à Belfort

preac@viadanse.com

c.corneli@viadanse.com

03 84 58 44 84 / 06 80 41 35 99

Alice Maillot
Chargée de développement territorial Le Dancing, CDCNBFC à Dijon

alice.maillot@ledancing.com

03 80 73 97 27 / 07 87 24 58 31

 

Les partenaires du PRÉAC Danse contemporaine Bourgogne – Franche-Comté
> VIADANSE Direction Fattoumi-Lamoureux – Centre chorégraphique national de Bourgogne-Franche-Comté à Belfort
> Le Dancing – Centre de développement chorégraphique national de Bourgogne Franche-Comté à Dijon
> Direction Régional des Affaires Culturelles Bourgogne-Franche-Comté (DRAC)
> Rectorat de la région académique Bourgogne-Franche-Comté (DRAEAC)
> Écoles académiques de la formation continue (ÉAFC)
> Université de Bourgogne-Franche-Comté (INSPÉ)

Le PRÉAC Danse Contemporaine Bourgogne-Franche-Comté est soutenu par le ministère de la Culture, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques et la DRAC Bourgogne-Franche-Comté.

Il est également un des volets de ZAC – Zone d’Aménagement Chorégraphique, projet transfrontalier de coopération culturelle porté par VIADANSE et le Théâtre du Jura, en partenariat avec Nebia – Bienne spectaculaire et l’Observatoire des Politiques culturelles (OPC); co-financé par le programme INTERREG France-Suisse VI 2021-2027.

Formation Nationale /2024

Imaginaires en Créolisation
Réflexions sur la danse, la pensée de Glissant et les droits culturels

14ème formation nationale du PRÉAC Danse Contemporaine Bourgogne-Franche-Comté
Pôle de ressources pour l’éducation artistique et culturelle

Jeudi 23 – vendredi 24 – samedi 25 mai 2024

À VIADANSE  – Direction Fattoumi-Lamoureux
Centre chorégraphique national de Bourgogne-Franche-Comté à Belfort 

 

INTENTION & THÉMATIQUES

Cette formation nationale du PRÉAC Danse Contemporaine prend appui sur la dernière création TOUT-MOUN de Héla Fattoumi et Éric Lamoureux, chorégraphes et directeurs de VIADANSE. Issue du créole, l’expression « tout moun » signifie « tout le monde, toute personne ». Elle est utilisée par Édouard Glissant sous sa traduction « tout-monde », un concept structurant de sa pensée et de son esthétique qui met en relation la poésie, la philosophie et la politique. Il y injecte la notion de « créolisation » dans un monde où mélanges, entremêlements, ruptures, hybridations, mosaïques instaurent un chaos relationnel imprévisible. 

Ces trois jours de séminaire PRÉAC inviteront ainsi les stagiaires à faire l’expérience de la créolisation. Une expérimentation vivante qui passera tant par la pratique et la traversée des processus de création de TOUT-MOUN que par des mises en situation concrètes venant illustrer la portée de cette notion et ses divers champs d’application. 

L’œuvre TOUT-MOUN permettra également d’ouvrir une autre porte et d’accéder aux droits culturels. Une évidence au regard du travail de création mené par Héla Fattoumi et Éric Lamoureux depuis plus de 30 ans, de leur attachement à explorer la relation à l’autre et les humanités dans leur démarche de création. 

Ces trois jours de formation feront entrer en résonance et en dialogue chacun de ces deux axes thématiques. Avec pour ambition d’offrir aux stagiaires une nouvelle analyse de leurs pratiques d’éducation artistique et culturelle en danse et des situations de transmission avec leurs publics. 

DÉFINITIONS 

La créolisation est la mise en contact de plusieurs cultures, ou au moins de plusieurs éléments de cultures distinctes, dans un endroit du monde, avec pour résultante une donnée nouvelle, totalement imprévisible par rapport à la somme ou à la simple synthèse de ces éléments.

Edouard Glissant, fondateur et penseur de la créolisation.

Les droits culturels sont des droits fondamentaux, partie intégrante de l’ensemble des droits de l’homme, universels, indivisibles et interdépendants.

La notion de « culture » est comprise au sens large et fondamental, recouvrant : « les valeurs, les croyances, les convictions, les langues, les savoirs et les arts, les traditions, institutions et modes de vie par lesquels une personne ou un groupe exprime son humanité et les significations qu’il donne à son existence et à son développement ». Art 2a, Les droits culturels / Déclaration de Fribourg 2007.

OBJECTIFS DE LA FORMATION

Aborder la notion de créolisation et découvrir ses domaines d’application et la transversalité du concept (linguistique, politique, philosophique, culturel, sociétal…).

Se confronter à des processus de création artistique proposant une interprétation de la créolisation. Analyser les pratiques d’éducation artistique et culturelle sous le prisme des droits culturels.

NOTIONS & MOTS-CLÉS

Édouard Glissant, créolisation, droits culturels, cultures, hybridation, relation, identité, improvisation, nouveau, inédit, dissemblances, interférences, entremêlements, transformations

8 droits culturels : identité – diversité – participation – communauté – patrimoine – coopération – éducation – information

 

PROGRAMME PRÉVISIONNEL 

23 – 24 – 25 MAI 2024

3 demi-journées pour pratiquer

S’immerger dans les processus de création TOUT-MOUN et se confronter à une “interprétation” de la notion de créolisation sur le champ chorégraphique.

3 demi-journées pour approfondir et exploiter

Comprendre et expérimenter la notion de créolisation et les droits culturels à travers des apports théoriques, des mises en situation, des outils.

Une sélection de vidéos/documentaires en lien avec les thématiques.

2 soirées pour être acteur et spectateur

Une forme réduite de TOUT-MOUN avec six interprètes et Raphaël Imbert, saxophoniste, suivie d’un bord plateau.

Participer au Bal Pernette dans le cadre des 20 ans d’évidanse à Delémont, en Suisse.

Tout au long des 3 jours

Analyses des pratiques, échanges et partages d’expériences entre les participants, ressources & outils, collecte de traces.

 

INTERVENANT·E·S 

Héla Fattoumi et Éric Lamoureux
Chorégraphes et directeurs de VIADANSE
Héla Fattoumi, née à Tunis en 1965, et Éric Lamoureux, né en 1962 à Montreuil-sous-Bois, sont un duo de chorégraphes franco-tunisienne pour l’une et français pour l’autre. Depuis 2015, ils sont co-directrice/directeur du Centre chorégraphique national de Franche-Comté à Belfort, qu’ils ont renommés VIADANSE. Ils se rencontrent pendant leurs études de STAPS à l’université René Descartes à Paris. C’est dans cette effervescence estudiantine que se crée le collectif de recherche chorégraphique URVAN LETROIGA auquel ils participent de 1988 à 1990. Par la suite, ils fonderont la compagnie Fattoumi-Lamoureux. Husaïs reçoit le prix de la Première œuvre aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis en 1990, suivie du trio Après-midi récompensé du prix Nouveaux Talents « Danse » de la SACD en 1991. Ces deux prix leur apportent une reconnaissance internationale.

Fiesta (présenté lors du Festival d’Avignon, 1992), Asile poétique (Théâtre de la Ville, 1998) à partir des textes du poète António Ramos Rosa, Vita Nova (2000) avec la promotion du Centre national des arts du cirque, Wasla (Biennale de Lyon, 1998), sont les pièces qui s’inscrivent dans la continuité d’Husaïs et qui propose un travail chorégraphique relié aux notions de maîtrise/non maîtrise, de puissance/fragilité, de minimalisme/performatif, faisant surgir une danse dont la charge expressive est traversée par une « énergie graphique ». Cette première période des Fattoumi-Lamoureux inscrit une danse avec un fort engagement physique.

Nommés à la direction du Centre chorégraphique national de Caen Basse-Normandie en 2004, Héla Fattoumi et Éric Lamoureux, initient le festival « Danse d’ailleurs » qui met en avant la création contemporaine arabe et africaine et poursuivent leur démarche de créateurs à travers des pièces plus portées sur des sujets à forte tonalité sociétale.

Ce seront La Madâ’a (2004) avec les frères Joubran, oudistes palestiniens ; Manta, solo créé au Festival Montpellier Danse 2009 et Lost in Burqa (2011), performance pour huit interprètes créée au Festival Danse d’Ailleurs #6, à partir de la problématique que soulève le port du voile intégral: le niqab ; En 2013, Masculines, pièce pour sept danseuses sur les représentations et les stéréotypes liés au féminin de part et d’autre de la Méditerranée. 

A Belfort, ils créent des pièces autour des questions d’altérité et de transdisciplinarité : OSCYL (2017), Sympathetic Magic (2017), puis AKZAK, L’impatience d’une jeunesse reliée (2020) qui a donné lieu au documentaire Danser sur les frontières (Elise Darblay, Easy Tiger Production) ; et le double duo EX-POSE(S) (2021) . En parallèle, ils mettent en œuvre des projets avec le territoire (PULSE, OSCYL dans la ville, JONCTION, HOURRA). 

Leur dernière création, dont la première a eu lieu en septembre 2023 au Festival International Le Temps d’Aimer la danse, s’intitule TOUT-MOUN et célèbre l’œuvre d’Édouard Glissant, poète dont la pensée accompagne Héla Fattoumi et Éric Lamoureux depuis leurs débuts.

Leur quête de rencontres et d’universalité et leur perpétuelle ouverture sur les autres et sur le monde se traduit par la conception et la mise en œuvre de plusieurs projets de coopération internationale au long cours, avec la Suisse d’une part, et avec plusieurs pays du continent africain : le Burkina Faso, l’Égypte, la Tunisie et le Maroc. VIADANSE se vit ainsi comme un carrefour, comme une ruche à la croisée des chemins, en perpétuel bouillonnement, accueillant des artistes du monde entier, représentant le monde chorégraphique dans toute sa diversité et sa richesse.

Johanna Mandonnet
Née à Madagascar, Johanna Mandonnet est diplomée du Centre National de Danse Contemporaine d’Angers en 2001. Interprète pour différents chorégraphes depuis 2004, elle collabore pendant quelques années avec la Cie Toufik O I, la Cie Chatha depuis sa création en 2005. C’est à travers ces multiples projets qu’elle a aiguisé son goût de l’expérimentation, la conscience corporelle et malaxé sa physicalité. Parallèlement, elle accorde un réel plaisir à l’enseignement de la danse, via des projets participatifs ou la transmission de répertoires. Dans cette perspective, elle suit la formation au CA Danse (CNSMD de Lyon) dont elle obtient le diplôme en 2022. Elle collabore avec Héla Fattoumi et Éric Lamoureux depuis 2011 dans les créations Masculines (2012) et Waves (2014) au CCN de Caen.  Puis OSCYL (2017), AKZAK,  l’impatience d’une jeunesse reliée (2020) et TOUT-MOUN.

Angela Vanoni
Débutant sa carrière d’interprète en 2010, elle a travaillé pour de nombreux chorégraphes comme Angelin Preljocaj, Hélène Cathala, Didier Théron, Abou Lagraa, Sébastien Lefrançois, Fouad Boussouf et Bruno Pradet entre autres et avec la Cie de danse aérienne Motus Modules. Elle fonde en 2016, la Compagnie AdVance, pour laquelle elle développe des créations scéniques et in-situ, ainsi que des projets participatifs vidéo-danse. En 2022, elle propose à Mohamed Lamqayssi de la rejoindre à la direction artistique. Choréologue diplômée du CNSMD de Paris en 2021, elle cofonde le Collectif Entre-lignes autour de l’écriture de la danse Benesh. Angela a rencontré Héla et Eric en tant qu’interprète en 2016 dans les pièces WavesBetween 3, Oscyl, Oscyl variation, AKZAK, l’impatience d’une jeunesse reliée, Zak Rythmik et TOUT- MOUN. 

Johanna Mandonnet et Angela Vanoni sont impliquées dans le programme FAT-LAM-TEK, une «recherche en action » autour du training Fattoumi-Lamoureux avec transcription en notation Benesh et transmission. 

Christelle Blouët
Fondatrice et coordinatrice du Réseau culture 21. Elle en porte l’initiative dès 2009 après la rédaction d’un mémoire consacré à la mise en œuvre de l’Agenda 21 de la culture en France. Dans ce cadre, elle anime de nombreuses démarches d’information et de formation visant à promouvoir une approche transversale de la culture, fondée sur des processus démocratiques et participatifs qui développent la prise en compte de la diversité culturelle et des droits culturels. Elle coordonne depuis 2012 le programme Paideia en France en partenariat avec l’Observatoire de la diversité et des droits culturels de l’Université de Fribourg.

Aliocha Wald Lasowski
Enseignant-chercheur en littérature, philosophie, sciences politiques et esthétique musicale à l’Université catholique de Lille.

Journaliste et auteur de plus d’une vingtaine de livres dont Imaginaire et politique de la créolisation  Glissant et nous (2023), Sur les épaules des dieux, les arts d’Édouard Glissant (2022), Édouard Glissant. Déchiffrer le monde (2021), Édouard Glissant, penseur des Archipels (2015).

Aliocha Wald Lasowski est aussi musicien batteur.

 

Avant le séminaire, vous souhaitez en savoir plus SUR…
> Le PRÉAC
> La pièce TOUT-MOUN
> Édouard Glissant, la créolisation, le tout-monde
> Les droits culturels 

POUR QUI ?
Formation gratuite* à destination d’un public mixte de professionnels de l’éducation artistique et culturelle (EAC) de France et de Suisse, susceptibles d’être prescripteurs de formations ou de projets partenariaux, issus des domaines de l’éducation, de la culture et de l’enfance/jeunesse.

Éducation

Personnes-ressources, enseignant·e·s, formateur·ice·s 1er et 2nd degrés, personnel DAAC/DRAÉAC, corps d’inspection, conseillers pédagogiques, professeurs à l’INSPÉ, formateurs, référents culture, enseignants relais, services de l’enseignement des cantons du Jura et de Berne…

Culture

Artistes engagés dans la transmission/pédagogie, responsables de structures culturelles (service des relations avec les publics, médiateurs, chargé·e·s de projet/mission EAC…), responsables et enseignants en écoles d’enseignement spécialisé et de la création artistique, professionnels des collectivités territoriales, conseillers DRAC…

Enfance – Jeunesse

Formateurs, cadres et référents culture des réseaux de l’animation et de l’éducation populaire, de la petite enfance et de la jeunesse, des secteurs socio-culturel, médico-éducatif, carcéral…

*hors frais de déplacements, hébergement et repas.

Jauge 40 places

CANDIDATURES À ENVOYER JUSQU’AU 8 mars >ici

Une sélection des candidatures sera faite à l’issue de la date limite d’envoi. 

Pour toute candidature retenue, la présence à l’intégralité des trois jours de formation sera obligatoire.