La rue du Caire – Mariem Guellouz

Conception et chorégraphie  Mariem Guellouz

Interprétation Mariem Guellouz, Saâdia Souyah

Technique Thierry Meyer

Samedi 18 septembre 2021 à 17h

Mariem Guellouz – PERFORMANCE – Tunis

S’écrire. Se danser. Se performer. La rue du Caire n’est pas un toponyme. 

La rue du Caire est un lieu de mémoire, un événement qui se trace sur les chairs et sur nos chairs.

Son histoire est transcrite dans les corps des hommes et des femmes exhibés pour la curiosité d’un regard universaliste.

Qui a le droit d’écrire l’autre ? Cette performance se présente comme un moment de réflexion sur l’écriture de soi dans sa confrontation avec l’écriture de l’autre.

S’écrire pour exister autrement que dans l’écriture de l’autre, pour recréer l’altérité, la réinventer. La rue du Caire est un espace où s’est joué une rencontre ratée entre le soi et l’autre. Les corps exposés, dansant, chantant, jouant, ont été marqués pour toujours par le regard de l’autre qui a oublié de les voir.

La rue du Caire est une performance pensée sous forme d’anti-conférence.Un travail sur les archives et les parcours de soi mêle matière vivante à des sources historiques. Le savoir n’y est pas une injonction mais une matière à performer. La danse n’y est pas un objet de curiosité mais une trajectoire de soi déterminée par une histoire globale.

Que reste-il de la «danse du ventre» ? Une histoire de l’autre et des autres qui a oublié de dire qu’elle est invention, branchements et circulations. La performance «la rue du Caire» est une réécriture polyphonique d’une histoire de la danse du ventre qui mêle les voix de ceux qui ont construit en 1889 la rue du Caire, aux voix des spoliés, des indigènes, des colonisés,aux voix desdanseusesetà la voix singulière du témoignage, de l’histoire de soi.

Durée 50 minutes